Med

Les choses que nous avons apprises en soignant les migrants (1/2)

A l’hôpital, on peut vous traiter différemment selon votre couleur de peau.

Lorsqu’on parle d’inégalité de santé, on pense surtout à une inégalité d’accès aux soins. Cependant, la discrimination ne s’arrête malheureusement aux portes de l’hôpital. Un patient dissemblable suscite moins d’empathie et plus de préjugés. Au nom de l’épidémiologie ou de la “médecine personnalisée”, on a facilement tendance à penser qu’un patient ne parlant pas français sera moins observant, ou qu’un patient pauvre ne viendra pas aux consultations. Ceci n’est pas dû à un défaut d’observance de la part du patient, mais plutôt à un manque d’explications et d’attention de la part de l’équipe soignante. M. B, 30 ans, est un jeune patient noir et homosexuel, suivi par le service pour une co-infection par le VIH/VHB parfaitement contrôlée depuis plusieurs années. Après plusieurs années de galère administrative et psychologique, il réussit à s’inscrire à une formation d’infirmier. Il nous appelle, paniqué, car le médecin généraliste agréé lui refuse un certificat médical d’habilitation au travail, ce qui compromet son désir de réinsertion. Il s’est senti jugé sur son mode de vie, sa sexualité et sa couleur de peau. Ce généraliste agréé de l’Ouest parisien, joint par téléphone, et malgré nos explications, a refusé le certificat par ignorance médicale, influencé par ses jugements de valeurs. Il a, par ailleurs, renvoyé un sentiment d’insécurité et de honte à l’homme qu’il avait en face de lui. Au contraire, faire preuve de recul, d’humilité et d’ouverture permet de mieux comprendre le patient et de gagner sa confiance. Ceci est particulièrement vrai pour aborder les questions d’excision, de violence et de pathologies infectieuses responsables de discrimination.

“On peut mourir de la bouche du Noir”

Certains patients sont enfermés dans des visions négatives des maladies, issues de leurs communautés d’origine.La représentation de la maladie (comme l’infection par le VIH), du trauma, du soin, du traitement, est propre à chaque culture, pouvant être synonyme de mort ou de misère. Avoir conscience de la manière dont chaque patient se sert de ses propres représentations culturelles pour se définir nous est apparue indispensable, en les côtoyant. Les patients espèrent souvent se libérer de certains préjugés en vivant en France, mais beaucoup d’entre eux restent tout de même méfiants. Une connaissance de ces perceptions culturelles et de leurs dynamiques est un levier important pour une bonne alliance thérapeutique. La conscience de la pluralité des représentations ne signifie pour autant pas leur intégration complète dans notre exercice quotidien : Il est très difficile de dépasser nos propres conceptions et croyances, pour embrasser celle du patient, de se mettre dans son système de pensée. Ceci doit être continuellement travaillé et amélioré. Mme D, primo-arrivante, Sénégalaise, arrivée en France quelques mois auparavant pour rejoindre son mari. On lui a diagnostiqué une infection par le VIH, qu’il fallait lui annoncer. Lors de l’annonce, elle semblait indifférente. Ce n’est qu’après de multiples reformulations et de questions ouvertes, que la patiente a avoué qu’elle savait déjà. Pourquoi ne pas l’avoir dit ? Elle « avait honte ». Le plus difficile est de mettre en confiance ces personnes et de les rassurer, car les fausses représentations sont très ancrées. Il ne faut pas négliger le mal-être qui peut découler.


Source link
Tags
Back to top button
close
Thanks !

Thanks for sharing this, you are awesome !

Pin It on Pinterest

Share This

Share this post with your friends!